• Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
  • Le Parc Animalier du Quinquis
CIRÉ et les tikis marquisiens

Il sculpte des tikis marquisiens

Quand il s'occupe de surf, il est connu sous le nom d'Éric Tichy. Quand il sculpte, il préfère qu'on l'appelle Ciré, son nom d'artiste. Il donne une nouvelle vie à quelques sapins douglas du Parc et les transforme en symboles de bienvenue.

« Ciré, c'est Éric à l'envers », sourit l'artiste qui, entre deux averses ce week-end, commence à sculpter des troncs dans le Parc Animalier de Clohars-Carnoët.

« Il y a une série d'arbres morts. Avec Karl, on s'est posé la question : pourquoi ne pas faire une animation sculpture autour d'eux ? C'était drôle et voilà ! » Karl Regardin, le propriétaire du Parc, organise chaque été une animation particulière. La question posée a vite trouvé sa réponse. Ciré a installé ses outils et son échelle dès le 16 juillet pour quelques jours. Ce sera fonction de la météo.

Son premier tronc d'arbre, il le sculpte sur place, perché à plusieurs mètres au-dessus de la terre. « Ce n'est pas vraiment facile. En fait, sur une échelle, on n'a pas de recul, explique l'artiste. Et c'est un arbre, il faut quand même taper assez fort. Le bois est resté tendre, mais il est mangé par les bêtes. »

Sculpture « surf »

Sous ses mains naît un tiki marquisien. Une colonne de bois typique des îles Marquises qui souhaite la bienvenue aux visiteurs. Ciré n'a pas vécu aux Marquises mais dans les îles de l'océan Indien, à Madagascar, aux Comores...

Son goût pour l'art des Marquises lui vient « de la passion du surf. C'est la culture surf qui m'a mené à la sculpture. Je ne sais pas rester à rien faire. J'ai toujours bricolé un peu. Ma première sculpture, c'était le trophée d'une compétition de surf à Guidel. De fil en aiguille, la sculpture est devenue un passe-temps ». Depuis, il travaille le bois. « Du bois flotté en général. Là, c'est la première fois que je sculpte un arbre sur pied. » Avec humour, au vu de la météo, il ose après une très courte réflexion, un : « mais finalement, c'est aussi du bois flotté ! »

D'autres arbres passeront par l'imagination de Ciré. Mais ils seront coupés, transportés puis installés. L'artiste les travaillera au sec et couché. « Ce sera plus pratique. » Les tikis terminés, ils souhaiteront la bienvenue aux visiteurs. « Ici, reprend Ciré, c'est un cadre super, avec ces animaux en liberté. » Un cadre qui sert aussi d'écrin à ses œuvres, exposées à l'entrée du Parc.

Site Web : CIRÉ, Sculpture